L’impression 3D pour les start-ups : une technologie stratégique pour leur développement

impression 3d start-up
On estime à 10.000 le nombre de start-ups créées en France ces 5 dernières années (1). Ces entreprises innovantes, dont beaucoup font partie de l’écosystème French Tech, utilisent souvent l’impression 3D pour leur phase d’incubation mais aussi pour leur production. En effet, cette technologie leur apporte de nombreux avantages face à des techniques traditionnelles.

 

Des possibilités infinies

 

Imprimante 3D grand public ou industrielle, l’objectif est similaire : créer des objets originaux ou répondant à une attente/besoin spécifique. Dans le cadre d’une start-up, selon la difficulté de l’objet et les caractéristiques techniques et mécaniques que l’on souhaite obtenir, il sera aisé soit de la réaliser chez soi ou dans un Fablab avec le fichier 3D adapté, soit d’être aidé par un imprimeur 3D professionnel. Les différentes technologies disponibles aujourd’hui dans l’impression 3D permettent de réaliser des pièces d’aspects, mais aussi techniques et donc d’imprimer aussi bien le prototype fonctionnel en phase de développement que les petites séries une fois le projet lancé. Avec des possibilités quasi illimitées dans les formes, cette technologie est un excellent outil pour développer la créativité et réaliser de pièces sur-mesure.

 

Une qualité irréprochable

 

En évolution constante, la technologie 3D est désormais capable d’imprimer des pièces de grande taille, dans des matériaux divers : plastique, bois, résine, textile, métaux… La qualité et les possibilités augmentent à mesure que les imprimantes s’améliorent. Avec une bonne imprimante et une certaine expertise du procédé de fabrication, il est possible d’imprimer des produits très résistants et d’une grande qualité de finition.

 

Une réduction des coûts et des temps de développement

 

Au commencement d’une start-up, il n’est pas forcément économiquement intéressant de faire appel aux méthodes d’usinage traditionnelles, que ce soit pour les prototypes avant le lancement, ou pour la production de pièces, qui se fait généralement en petite série. Avec la fabrication additive il devient possible de réaliser de simples prototypes ou petites séries à moindre coût en des temps record. Autre avantage : elle permet d’imprimer facilement les prototypes fonctionnels et donc d’identifier les erreurs de conception et ainsi ajuster les pièces autant de fois que cela sera nécessaire à moindre coût en comparaison de l’usinage traditionnel.

 

Quelques cas d’application de l’utilisation de l’impression 3D pour des start-ups qui font parler d’elles.

 

Des instruments de musique
Customuse, start-up londonienne, propose une gamme de guitares électriques imprimées en 3D. Quatre modèles de base sont disponibles avec plusieurs éléments personnalisables comme la tête, le manche, le corps mais aussi les coloris ou les éventuels textes à incruster. Chaque guitare peut être personnalisée et disponible sous une quinzaine de jours. La guitare est modélisée par les équipes de Customuse avant de partir pour impression et assemblage.
Dans la même veine et plus récemment, 3DVarius, start-up française, a présenté ses violons imprimés en 3D sur le CES 2017. Chaque pièce du violon est personnalisable pour faire de l’instrument une pièce unique.

 

Des bijoux
Comme évoqué dans cet article, 3D PROD est devenu partenaire de la start-up française Camen en assurant une partie de la production de ses camées. L’association bijoux/impression 3D est de plus en plus évidente comme le prouve également l’entreprise française montante Gemmyo. En effet, depuis 2011, cette start-up propose de créer en ligne le bijou de ses rêves parmi près de 8000 combinaisons possibles en sélectionnant différents critères comme la forme, le métal ou la pierre précieuse. Chaque bijou est réalisé à la demande et livré en moins de deux semaines. Ici, l’impression 3D permet de produire rapidement le bijou du client sans avoir à stocker de nombreux exemplaires. La technique utilisée nécessite l’impression 3D d’un premier modèle en cire afin de créer un moule où sera coulé le métal précieux. L’usage de cette technologie permet à Gemmyo de proposer des tarifs inférieurs de 40% au marché.

 

Des objets du quotidien
Aux Etats-Unis, Normal produit des écouteurs audio personnalisés: grâce à une application permettant de scanner l’oreille, il est possible de recevoir en quelques jours sa paire d’écouteurs personnalisée et 100% adaptée à sa morphologie. La marque a même créé un concept-store où des imprimantes 3D professionnelles permettent de concevoir directement sur place les écouteurs customisés aux formes et aux goûts du client.
Feetz réinvente la chaussure en combinant une application mobile de numérisation 3D et les technologies d’impression 3D. La startup propose d’envoyer en moins de 7 jours une paire de chaussures aux mensurations précises du client. Les utilisateurs de semelles sont les premières intéressées par ce nouveau produit, mais la start-up compte bien s’adresser à tous en proposant différents critères de personnalisation (couleur, matériaux) pour un confort absolu.

 

Et les exemples sont encore nombreux…. Les jeunes entrepreneurs ont à portée de main une technologie de qualité à des coûts raisonnables et qui leur permet de faire preuve de créativité et de dynamisme, alors pourquoi s’en priver?

(1)Source : 1001startups : http://1001startups.fr/chiffres-cles-startups-france/