Le respect de l’environnement, une question centrale chez 3D Prod

impression_3d_ecologie
L’impression 3D est plutôt considérée comme une technologie écologique de par son procédé additif qui n’utilise que la matière nécessaire pour la fabrication de la pièce. Néanmoins le processus complet génère quelques déchets et il est important de travailler sur ces points pour limiter encore un peu plus l’impact de cette technologie sur l’environnement.

 

Les atouts écologiques de l’impression 3D

 

Dans certains cas, l’impression 3D permet de lutter contre l’obsolescence programmée qui génère énormément de déchets. En effet, bien que la technologie présente encore certaines limites pour lutter efficacement contre cette stratégie commerciale (fichiers 3D non disponibles, coûts de fabrication, caractéristiques mécaniques des matériaux…), il n’en demeure pas moins qu’elle apporte des solutions qui seront amenées à prendre de l’ampleur dans les années à venir.

L’impression 3D permet de diminuer la production en masse, ou, dans certains cas, de mieux la maîtriser. En effet, avec cette technologie il est possible de créer des objets personnalisés répondant à un besoin précis. Cela a une répercussion sur le stockage (on ne crée que ce dont on a besoin), mais également sur le transport : le fichier 3D peut être utilisé n’importe où dans le monde et l’objet peut ainsi être produit localement.
La technologie ainsi que les matériaux ont également des avantages :
– L’impression 3D est un procédé additif, plus écologique que les procédés soustractifs comme l’usinage par exemple car il consomme moins de matière.
– Le procédé de fabrication permet de réaliser des structures légères et complexes (nids d’abeilles par exemple) qui limitent encore un peu plus la consommation de matière.

 

Le respect de l’environnement, une composante de la stratégie chez 3D Prod

 

Au-delà des avantages apportés par la technologie, 3D Prod travaille sur ses processus afin de limiter encore un peu plus l’impact de son activité sur l’environnement.
Le premier axe de travail se situe au niveau du recyclage des déchets générés lors des phases de finition :
– Le recyclage des poudres : en adoptant de nouvelles technologies comme par exemple la nouvelle imprimante 3D Multi Jet Fusion développée par HP, la quantité de poudre non réutilisable diminue. Cette évolution, principalement due à un meilleur recyclage des poudres, permet de réduire la quantité de déchets.

– Le recyclage de l’alcool isopropylique (éthanol) : ce produit utilisé pour le nettoyage des pièces produites en stéréolithographie était auparavant, une fois souillé, évacué par des sociétés spécialisées. Il est aujourd’hui recyclé en interne par un système de distillation pour être ensuite réutilisé directement dans le processus de finition.

Une autre initiative a été engagée afin de réutiliser les calories dégagées par les machines de production pour chauffer les bâtiments grâce à un système d’échangeur qui réinjecte ces calories dans le circuit de chauffage. Ce système est autonome et évite donc la consommation électrique liée à un chauffage classique.

Enfin, l’entreprise vosgienne a créé, sur les postes de travail, un système d’extraction des poussières. Les poussières ne sont pas rejetées dans la nature mais traitées dans un système de séparation cyclonique qui permet de les séparer de l’air extrait, de les stocker dans des sacs qui sont par la suite récupérés et traités par des sociétés spécialisées.

« La question environnementale fait partie, chez 3D PROD, de la réflexion stratégique. Cette démarche est motivée par un souhait de respecter l’environnement et de réaliser également à moyen terme des gains de productivité. » Quentin Kiener, Président-Fondateur de 3D PROD.